Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 15:28

Troisième vies, le chat bleu de la maison se lave et se fait beau pour la mort... Attendre la nuit, attendre le jour, ne plus se chercher, vivre sans plus attendre... Bona Annada maîtresse de ceux qui donne, apprends moi à prendre le sonnet par les cornes et mon vers jure fidélité aux pensées qui rendent libre, qui ouvre la porte des sentiments... Le petit prince a des maux de serpents!

Nous sommes deux miroirs, deux coeurs ouverts avec un oeil à la place et comme Icare de Matisse la partition est jazz... Et comme les avec, les et, les comme; l'allégorie est aux symboles des cymbales... J'alite aux vers de tes tendresses en allitération ma déesse et ma peau haliteuse aime tes yeux...

Nous avons des poèmes à fouetter! ô liesses, ô caresses, ô musique de nos silences dans les limbes... Je vis, tu vis, nous vivons... Conjugue nos baisers en pensées sereines et trouve la solution de notre liberté... Je t'aime deux fois...

Son majordome est un fakir et moi cochon d'inde j'anticipe notre peau de survivant sur le parchemin de l'île aux trésors, notre nudité... Et je rêve entre la cage et l'oiseau de fin d'année... Bises bises... deux joues aux envers des endroits, aux endroits des envers avec le point rouge de la limite qui se bat pour quelques lignes de plus... où se trouve notre frontière?

Le cut up de fin d'année...

Partager cet article
Repost0

commentaires