Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 août 2007 3 01 /08 /août /2007 15:05
Razer les murs vivant poème
J'ai croisé la vérité dans une bouteille
ça marche marron la crème
Ah! du jus de la treille
Mais j'ai raté une photo
Un enfant avec une plume
Et un arrosoir au coucher beau
Toi tu cours le bitume...

Je trouve dans les voyageurs 
Une heure à mon coeur

Au bleu du temps vin rouge vin blanc
Ivresse des nues ivresse crue
Le singe a son coupe ongle sa lime
Son sourire sa grimace Totem Team
Ce soir au tam-tam Menphis Slim
Blue sky Allison i dream
La vérité a peut-être des lunettes fumées
Et le diable a dans sa boite des clefs

Je trouve dans les voyageurs 
Une heure à mon coeur

Jouer avec les mots Jessy
Comme c'est drôle d'exister
D'être toujours et encore en vie
J'ai si besoin de mélodie
T'as si besoin de lancer un cri
Blue Berry song je revis
Avec un instrument écris
Dans le parc de tes soucis

Je trouve dans les voyageurs 
Une heure à mon coeur

Le grand air ça soigne
Des maux des poignes
Humer l'air c'est un air
Avec seulement du flair
A ouvrir les envolées d'images
Le lion n'est plus en cage
De sa mystique sauvage
Avec une mer à la nage

Je trouve dans les voyageurs
Une heure à mon coeur
Partager cet article
Repost0
27 juillet 2007 5 27 /07 /juillet /2007 16:27
J'ai croisé la vérité avec un foulard rose
Oui et non non et oui j'fais une pause
Les papillons passent planent et virevoltent
Branchés sur du 3OO OOO volts
On ne peu pas être au four et au moulin
Je suis dans le ravin
Du jardin aux buddleias un sizain
Je n'y comprends plus rien

Vie décalé vision ajusté
Je rêve donc je fais

Merrick n'a pas tranché aux réalités
Le rire comme une aile m'a bouleversé
Et je poursuis la comète de halley
En respirant l'air renouvelé
Avec les erreurs de la route inspirée
Quand l'errance est un feeling libéré
Au calvaire je t'ai rencontré
Ma prière était renversé

Vie décalé vision ajusté
Je rêve donc je fais

L'enfant fait le jeu aux dés
Tête de mort aux pirates ma fée
Je te suivais sans raison
Maintenant je comprends ton combat fon-fon
Nous ne voulons pas être manipulé
Par la politique ces enculés
Pourrais-je devenir le berger
De ceux qui ne savent que vibrer?

La germination des mots paysan
Est ma terre de poésies
Ce sont mes pas en avant
Toi moi les poètes unnis
Aux prophètes qui ont une dent
"La semelle au pas du vent"
La semelle de l'errant
Avec l'éphémère et l'infini aux ans

Vie décalé vision ajusté
Je rêve donc je fais
Partager cet article
Repost0
27 juillet 2007 5 27 /07 /juillet /2007 16:03
Un enfant avec une plume dans son chapeau
Accompagné d'un homme à la barbe blanche
Lui caressant le dessus du crâne
Pablo Neruda Federico Garcia Lorca
Sauvez mon âme triste dans la joie...
La trajédie est d'être parmis les hommes
Avec une trique à la recherche d'un somme
En sommes je crois que le jeu vaut la chandelle
Une vielle femme Jack Kerouac
Joue des chorus aux corbacs
Cordes-sur-ciel levez les yeux
Le bossu est aux cieux
Partager cet article
Repost0
27 juillet 2007 5 27 /07 /juillet /2007 15:46
Elle m'a posé une question de sapeur pompier
Ma réponse est un billet plié en quatre
La faim du mois la fin du moi cher pâtre
Et mon incendie à l'échelle toute rouillée
Au jour le jour je reste et je survis
En improvisant la sortie de mes cris
En comptant les élans de poésies sur les doigt de la main
Comme la véritable amitié qui te couvre le matin

Sensible jusqu'au faîte
Des âmes en fête

Mais c'est en buvant lentement sous un arbre
Que je m'étend en toute palabre
Et si mon coeur est perché
Je joue d'une voie lactée
Regarde cette nuit noire et bleue
Les étoiles sont un bouquet heureux
Quand noire et blanche est la vérité
Infinies ou éphémères libertés...

Sensible jusqu'au faîte
Des âmes en fête

J'aime sentir sur moi la douceur
Comme pierre polie par la source
Et prendre la mer avec du coeur
Jusqu'où me mène la course
J'aime les blues lent d'une cave
Quand je me transforme en épave
Et mon naufrage n'ai qu'un poème
Avec trois petites notes au thème

Sensible jusqu'au faîte
Des âmes en fête

J'écoute mes anges gardiens
Des punks avec des chiens
Ils n'ont pas le sourire des touristes
La manche de ces rues tristes
A la toile de jute aux reflets
Personne personne ne m'a acheté
Amour haine folie j'ai rêvé
Une musique avec des mots pour jouer

Sensible jusqu'au faîte
Des âmes en fête
Partager cet article
Repost0
25 juillet 2007 3 25 /07 /juillet /2007 15:51
Rouen city blues à la note bleue
Cent addictions pour les amoureux
Aux clochers des corps en feu!
Salut à toi je m'amuse un peu!
J'ai voulu faire une carte postale
Un sizain d'une bataille navale
Touché coulé à nos refrains
La rayure aux rats du matin

C'est dans les tunnels les égouts
Que j'ai appris à mettre mon vers debout

Mon pote me gratte le thorax
Pour oublier la boîte d'Atarax
Nous survivons comme nous pouvons
Avec amour nous dérangeons
En mélangeant nos infinis fusions
Entre une guitare à explosion
Et les tam-tam de l'imagination
Mais parfois on peut-être très con!

C'est dans les tunnels les égouts
Que j'ai appris à mettre mon vers debout

Je devrais aller brûler au soleil
Comme une patata avec des merveilles
Et quand je n'ai plus pied
Je fais des mains et des pieds
La famille c'est encore dans le dos
Trois petits coups de couteaux
J'étais celui toujours et devant
Avec la magie d'un sauvage cheval blanc

C'est dans les tunnels les égouts
Que j'ai appris à mettre mon vers debout

Parfois nous sommes guidés par la peur
Qu'allons nous faire de toute cette torpeur
Sphinx tête de mort égaye ma soeur
James Dean mord aux coeurs
Mord en poursuivant un leurre
Et moi je reste sur l'écran du p'tit bonheur
A me gratter le ciboulot pour un p'tit boulot
Plastiquement aux arts de la page à l'eau

C'est dans les tunnels les égouts
Que j'ai appris à mettre mon vers debout
Partager cet article
Repost0
25 juillet 2007 3 25 /07 /juillet /2007 15:35
La cigale répond à la girouette
Je répète ton habit de fête
Et la voluptueuse paresse
A l'intelligence de ta belle papesse
Quand elle traine sa plume
Dans les vibrations de l'amertume
Mais le grillon coupe la communication
Un coq dans un bar est ivre d'Alcyons

Ce soir je ne viendrais pas
Un rêve guide mes pas

Une chanson douce que me chanté
Les arts des secousses d'un luthier
C'est transformé en lézard acide
En regardant les vitesses placides
Des amoureux suspendus aux escarcelles
Avec aux bouts des coeurs balancelles
Soûls aux combats des révolutions
Pour chanter l'unniversel solution

Ce soir je ne viendrais pas
Un rêve guide mes pas

A 440 harmonie de mon ciel
Des cordes aux flèches des soleils
Et les rayons de pur sommeil
En attendant que la nuit réveil
Alors je dors tu dors nous dormons
Je t'adores tu m'adores nous nous adorons
Aux ors et aux argents dans l'hamac
Sous la constellation de Télémaque

Ce soir je ne viendrais pas
Un rêve guide mes pas

Le lanternier de 6h49 est sur le quai
Un enfant marche sur son fil il est gai
Et les rails de ta tannière à l'horizon
Se croisent en d'étranges chansons
Vais-je te dire combien je t'aime
A Stonehedge en mangeant nos idems
Good luck for a six je rentre
Mes interrogations aux cris des antres

Ce soir je ne viendrais pas
Un rêve guide mes pas
Partager cet article
Repost0
25 juillet 2007 3 25 /07 /juillet /2007 15:14
Private liberty... J'aime le silence des analphabètes... Et vis aux rythmes des frondaisons...


Ils veulent se relaxer au soleil
J'aime pas les piscines Lei-lei
C'est mon coutelas qui m'a dit ça
Sourire fontaine de toi à moi
Faut parfois écouter ses tripes
Elle est dans un comic strip
Comme une feuille morte
En panne de portes

Au pays du fond et de la forme
L'amour hors norme

Just a poet l'anachorète
Et chante la chouette
Les maronniers sont malades
Le chien va faire une balade
Ma laisse est un vers
De verres en verres...
Stella je frissonne de ton astre
Le drakkar d'Edgar à Castres

Au pays du fond et de la forme
L'amour hors norme

Elle marche entre les pépiements
Mon songe ment vraiment aux dents
C'est l'automne en été dans ce parc
J'y vais faire mes marques
Un harmonica tout contre ma peau
Pour réchauffer les os
"J'aime pas ta bibliothèque
Genre classique high-tech"

Au pays du fond et de la forme
L'amour hors norme

Elle voudrait des pays faciles
Pas dans les crocs du crocodile
Alors dis moi faut dégager
Mettre les voiles tout larguer
Mais il est parfois difficile de partir
Un sourire qui veut mourir
Un rire qui n'existe plus
Une habitude qui n'en peux plus

Au pays du fond et de la forme
L'amour hors norme

Un paysage qui se ferme
Des yeux qui se mette à terme
J'ai faillit doubler la vérité
Que sont devenus nos libertés?
Peut-être que nous avons oublié
Le feeling des vents aux marées
Qui pousse la voix à s'amarrer
Aux fées aux sirènes de la paix

Au pays du fond et de la forme
L'amour hors norme
Partager cet article
Repost0
20 juillet 2007 5 20 /07 /juillet /2007 15:43
Planté aux milieu des herbes folles
Un panneau tout rouillé sur la voie
L'aiguilleur a les yeux couverts de khol
Et pleur le clou force de loi
Un train de marchandise passe
Tu rumines la manufacture des as
En attendant que la nuit se fasse
Sur le voyageur qui enlasse

Et siffle les vapeurs
Dans le feu la peur

Ne te laisse pas guider torpeur
Tu es libre aux croisements de l'heure
Avec une rosée sur les fleurs
Pour papillon petit bonheur
Qu'est ce que ce prendre en main?
Le velours enveloppe le fer demain...
Et la chanson de la joie
Est une route pour petit toit

Et siffle les vapeurs
Dans le feu la peur

Ménager la chèvre et le chou
Je sais d'où viennent mes poux
Regarder derrière son épaule
Sans casser de verres c'est pas drôle!
Aux grands maux les grands remèdes
Que d'erreurs MERDE MERDE
J'aime plus être seul
GLOU GLOU ma gueule

Et siffle les vapeurs 
Dans le feu la peur
Partager cet article
Repost0
18 juillet 2007 3 18 /07 /juillet /2007 16:25
Terre d'adoption un rayon se lève
Aux douceurs de la belle sève
J'ai perdu ma langue viens
Bleu comme la note du train
Ma lenteur aux harmonies du ciel
Est un arbre aux odeurs de miel
Et ton initiation à l'imaginaire
Voyage pour la beauté mon frêre

Vais aller pisser mon angoisse
Un amour est à la paroisse

Eloge de la fuite belle chèvre
Le gardien du troupeau de nos lèvres
Est en transe de muter en chair saine
Pour quitter les méandres de la Seine
Ma langue se délie petite route
ça roule et je laisse un peu mes doutes
Dans le fossé du malheur rose
Où j'étouffe de la trop longue pause

Vais aller pisser mon angoisse
Un amour est à la paroisse

Tourne la page comme de vents
Le vertige ne veut plus de l'enfant
Je pars avec mon Sursum Corda
La nausée de l'amour qui dégoulina
Sur le menton de ces cent clochers
Qui ne connaissent pas la fraternité
Non dit le rêveur qui n'a pas honte
De changer l'or en vers de fonte

Vais aller pisser mon angoisse
Un amour est à la paroisse
Partager cet article
Repost0
27 juin 2007 3 27 /06 /juin /2007 16:28
Un oiseau mort sur une bouche
De métro qui file à la louche
Et sur les rails une rose rouge
Pour une cité qui ne bouge
Dors-tu avec les ours des montagnes?
J'attends qu'un élan de vie me gagne
Pendant que toi tu vis dans un trafic
Je versifie tous mes blancs HIC!

Le printemps est passé si vite
Que l'amende est ton plébicite

Autour des silences des muets
Gravite le bleu des écoeurés
Et le soleil à beau écarteler
La sentance de la lune est martelée
Comme un monastère pour oublier
Que vivre c'est aussi trépassé
Aurevoir rose des trajectoires
Ton sablier des renverses à boire

Le printemps est passé si vite
Que l'amende est ton plébicite

Tu me raconteras des blagues
Avec des yeux entre deux vagues
Je reste à la farce du transfuge
Avec personne au secours de la murge
Je te donnait l'harmonie de l'air du temps
En photographiant les gris noir sur blanc
Et le tirage aujourd'hui est acide
Ton coeur est un tabac placide

Le printemps est passé si vite
Que l'amende est ton plébicite

Scandale du triste Sire qui à aimé
Sa paranoïa sa protection rapprochée
Plus de douce îvresse dans ma coupe
C'est con j'ai besoin de ta loupe
Mon esprit louche de ta guerre
Et n'arrive pas à lire le der de der
Alors dans mon labo douceur innactinique
Je rêve de donner à voir Annick

Le printemps est passé si vite
Que l'amende est ton plébicite

Partager cet article
Repost0